17/07/2003

Francos : interview sur www.skynet.be

Les interviews
Priba 2000

Du rock, de l'humour " auto-dérisoire ", 4 albums dont un live... Les " Priba 2000 " écument les scènes belges depuis plus de 10 ans et l'aventure n'est visiblement pas prête de s'arrêter... Avant les Francos, nous avons rencontré, Eric Mazuy, le chanteur du groupe.
Priba, 10 ans déjà ! Peux-tu rapidement nous retracer le parcours...

Dans l'ordre, Priba, c'est d'abord et avant tout une histoire d'amitié. On a commencé le groupe en 91 mais tous les 4, on se connaît depuis plus de 20 ans.
Ensuite, ben, on écume toutes les salles de concerts imaginables, on est contacté par une maison de disque puis on sort des albums : "Chip Chip" en 94, "Fais-le toi-même en 96", "Pour les siècles des siècles" en 99 et puis un live fin 2002 baptisé "Tranche de live". qui un espèce de condensé, un vrai reflet de ce qu'est Priba càd c'est beaucoup d'énergie et de l'humour au 36è degré.
Le live a été particulièrement apprécié...

On est plus un groupe de scène qu'un groupe de studio et ça se sent bien dans cet album enregistré aux Halles de Schaerbeek. En plus, pour l'agrémenter un peu, on a ajouté quelques inédits. Il y a des trucs avec "mimi" de Stella, avec "Jeff Bodart", "Perry Rose", avec une section cuivre "trompette / trombone" donc on a un peu enrobé les choses quoi !
Au fait, pourquoi " Priba 2000 "?

On cherchait quelque chose de facile à retenir, donc 2 syllabes, des chiffres "fastoche". On trouvait rigolo qu'il y ait 2000 pour le côté futurisme à 2Francs50. On voulait, en même temps, un côté kitsch, ringard qui nous rappelle notre enfance, les costumes orange et marron, des singles de Mike Brant et les filles en robes à fleurs.
Un jour, en Italie, alors qu'on faisait pipi en rang d'oignons dans une forêt, on a trouvé Priba 2000. En l'occurrence, Priba 2000 c'était le nom de grands magasins qui n'existaient déjà plus à l'époque. On tenait notre nom !
Un critique disait du troisième album qu'il était le plus apte à être écouté chez soi en dégustant un Porto 12 ans d'âge avec des chips au sel et au cheddar. Est-ce à dire que vous êtes assagis ? Arrivés à une sorte de maturité ?

Assagis ???? On ne l'est toujours pas ! Au contraire ! (rires)
Arrivés à une certaine maturité, sans doute. Le premier album est fait de bric à brac, comme un premier album, avec les imperfections, l'enthousiasme et les ratés qui vont avec! Mais, en même temps, je crois que c'est l'album qui a le plus plu aux ados par sa spontanéité.
Le 2è est déjà un peu plus peaufiné et le 3è est un vrai album de studio avec du boulot de production artistique derrière, fait par un mec extérieur au groupe pour profiter d'autres idées. On y a perdu en spontanéité mais techniquement, c'est de très loin le plus abouti. Il y a donc eu maturation! Il y a eu aussi une maturité dans les textes, maturité dans la connerie (rires). Parce que c'est devenu un peu moins humour potache pour être un peu plus humour vache, humour cynique, humour autodérision.
Stellla, les Gauff' au suc', Priba 2000... la dérision fonctionne en Belgique. Au fait, qui a commencé et comment te situes-tu par rapport à eux ?

Le premier couillon qui a commencé l'école de l'autodérision en Belgique ? Je pense que ça dépasse les frontières de la musique, du rock, et de la variété.
C'est plus large que ça. Mais si on se cantonne à l'élément musical, c'est incontestablement Jean-Luc...
S'il fallait nous différencier, je dirais qu'il est beaucoup plus " jeu de mots ", nous on est beaucoup plus Rock 'n Roll, et les gauff' au suc', plus variété potache !
" on ira tous à Torremolinos ", " Vamos à Salou "... Y aurait-il, de votre côté, un " Go to Benidorm " en préparation ?

Ce serait peut-être un peu audacieux, un peut piquer des idées ça non? (rires)
Donc a priori c'est pas prévu (rires)
On vous a déjà vu en romains, en cyclistes, en costume à paillettes, que nous réservez-vous, cette fois pour les Francos ?

Va pour les paillettes ! Aux Francos, le public ne vient pas spécialement pour voir un groupe en particulier. Il y aura certainement des gens qui ne nous auront jamais vu du tout. Donc, costume chic quoi! Obligé! (rires)
Après, je ne sais pas encore... Quand on a joué habillé en lapin ou en tutu avec des combat shoes... On est capable de tout ! (rires)
Y a-t-il d'autres projets dans les cartons ?

Tu ne crois pas si bien dire. On a fait du dépoussiérage et, dans les cartons, on a retrouvé des centaines d'ébauches de morceaux, une cinquantaine de textes dans des vieilles chemises plastiques... Depuis le live, il y a des morceaux qui sont déjà aboutis. Il y aura donc, ça c'est un scoop, deux nouveaux morceaux aux Francos. Bref, plein de trucs en préparation et qui avancent bien, parce qu'on a changé notre manière de répéter. Maintenant, on s'enferme pendant 8 - 9 heures non stop pour répéter... il y a du vin le midi et des bières spéciales l'après-midi! De quoi composer dans une grande sérénité... Ça va quoi (rires)
Reparti pour 10 ans ?

Bien sûr, à moins qu'on nous tire des balles dans les rotules pour nous faire arrêter. (rires). C'est une histoire d'amitié et la seule chose qui puisse faire foirer le truc, c'est un problème entre nous.
Aujourd'hui, l'esprit y est toujours. On reste des sales gamins, quatre bêtes types ensemble ! Quand on fait des répétitions, c'est limite garderie tellement on continue à faire des bêtises, à rigoler de trucs ridicules, c'est ça, le moteur pour des nouvelles compositions...
A l'agenda de Priba 2000 :

Les Francos, mercredi 16 juillet
Gourdinne, mercredi 20 septembre
D'autres choses devraient encore s'intercaler entre ses deux dates.
Un site web devrait aussi apparaître en fin d'année. En attendant, rendez-vous sur leur Skynet blog priba2000.skynetblogs.be

Interview : Alain Vom Berge - Skynet

08:46 Écrit par eric | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.